LUN 05.11
19H
Conférence-débat

L’IMPACT DES ÉCRANS ET L’ÉCOLE NUMÉRIQUE // FESTIVAL LES DÉCÂBLÉS

Conférence sur l’impact attentionnel, émotionnel, intellectuel et cognitif des écrans par le pédopsychiatre lyonnais Bruno Harlé, suivie d’un débat sur l’école numérique avec des membres de l’Appel de Beauchastel, enseignants qui se sont opposées à l’informatisation de l’école, le 5 novembre prochain à l’Amicale. Cette soirée a lieu dans le cadre de la semaine décâblée, un festival politique dé-branché à Lyon, pour se déconnecter un peu et réfléchir à la déferlante technologique actuelle.

Annoncé le 7 mai 2015, le plan pour le numérique dans l’éducation est déployé progressivement, destiné notamment à « transformer la pédagogie, avec le numérique au service des apprentissages et de leur évaluation, à former aux enjeux et aux métiers de demain, à simplifier les relations avec les usagers, à moderniser le fonctionnement de l’État avec des systèmes d’information repensés ».

Alors que le déploiement des écrans devient une réalité, nombre de personnes tentent petit à petit de mettre en lumière l’altération des fonctions cognitives causées par ces écrans ainsi que les nouvelles pathologies liées à l’hyper-connexion.

Selon certains, le numérique serait une véritable révolution pour l’éducation, pour d’autres un levier économique majeur, pour d’autres encore, il s’inscrirait dans plusieurs décennies d’utopie technopédagogique… Quels sont ces fameux effets « délétères » qui font l’objet de ces études sur les technologies de l’information et de la communication ? Quel est le point de vue des médecins, professeurs, parents ? Ont-ils leur mot à dire sur ces changements initiés par le gouvernement ? Ces technologies sont-elles vraiment neutres ? Serait-il suffisant de les réguler pour ne pas en subir les aspects négatifs ?

Bruno Harlé, est un praticien hospitalier, médecin responsable de l’unité pédopsychiatrique (6-13 ans) du centre hospitalier Le Vinatier à Bron. Il a entrepris depuis quelques années un travail de recherche sur l’effet des écrans sur le développement cognitif, le langage, la mémoire, l’attention, le raisonnement, les émotions ou encore l’autonomie et est également l’un des membres fondateurs du COSE (Collectif Surexposition Écrans), regroupant des professionnels du secteur médical qui alertent sur les conséquences de la surexposition aux écrans et relatent leur expérience clinique quant à ces questions.

Cette interrogation face à la technicisation de l’éducation fait également l’objet de l’Appel de Beauchastel contre l’école numérique, texte publié en décembre 2015 par un collectif d’enseignants, dans lequel ils appellent leurs collègues à les imiter, en refusant les écrans et la gestion numérique du cheptel scolaire. Les signataires, expliquent les raisons pédagogiques, sanitaires, écologiques, qui les poussent à refuser ces transformations le plus souvent subies, expliquant en quoi selon eux ces innovations déshumanisent leur métier.

La semaine décâblée, festival politique dé-branché à Lyon

La course folle du « tout numérique » envahit notre travail, nos rues, notre quotidien. Au nom du progrès nous serions en pleine révolution ! Mais à quel prix, vers quel sens ? Au profit de qui et pour quel progrès au juste ? Les décâblés vous proposent durant la semaine du 05 au 11 novembre de « se décâbler »… avant de péter un câble. En parallèle, sont prévus chaque jour divers événements pour recréer des moments de débat et d’information autour de ces technologies (conférences, rencontres, ateliers pratiques, théâtre, poésie…) dans le 7e arrondissement. Le programme complet est disponible ici ou récupérable en version papier au local de l’Atelier Soudé, à la Librairie La Gryffe, au bar Les Clameurs (et pas mal d’autres endroits en ville).